Le Grand Saut


Le projet est basé sur une idée originale du Collectif du Grand Saut qui fut ensuite écrite sous forme de nouvelle par Eric Prager et illustrée par Loïc Holzemer.

Le point de départ est un monde totalitaire duquel toute personne ne correspondant pas à la norme sociétale, est précipitée de force dans une abîme sans fond et est condamnée à vivre exilée dans un No man’s land situé au fond du gouffre.

Seuls sous le monde des bien pensants, au milieu des déchets, sans possibilités de retour, les exilés sont condamnés à errer sans but pour l’éternité dans l’immensité des déchets humains.

Contrairement au monde d’en haut régit par des règles, des obligations et des cases à remplir le monde d’en bas, lui, n’a qu’une seule règle ; le retour au monde d’en haut est interdit.

Il représente le chaos que l’humain voudrait cacher , la poussière sous le tapis.

Il y a deux protagonistes dans cette fable; l’ancien et le nouveau.

Respectivement, Robinson et Vendredi.

Robinson vit là depuis longtemps, sa maison construite de bric et de broc est douillette et chaleureuse. Elle trône, seule, comme une île déserte perdue dans un océan d’obscurité.

De multiples buses et tuyaux descendent du ciel et déversent sporadiquement divers déchets du monde d’en haut.

Robinson, en plein rituel matinal, entend un cri provenant de la plus grosse des buses, quelqu’un va le rejoindre, un autre marginal a été jeté dans le gouffre.

Après une longue chute, un Vendredi stupéfait atterrit au milieu des déchets.

Réconfortant, Robinson l’accueille, l’enveloppe d’une couverture, allume sa pipe et l’informe de la situation. Ils sont des rebus, des exilés, enterrés vivant dans les limbes avec l’éternité devant eux.

Vendredi ne compte pas se résigner et veut à tout prix retrouver sa place dans le monde d’en haut.

L’obscurité, au-delà du jardinet, l’effraie . Il essaie donc de fuir par l’une des buses mais elles ne mènent nulle part, à chaque tentative de fuite, il revient à son point de départ.

 

Nous suivrons leurs tentatives d’évasion, leurs doutes, leurs remises en question et leur prise de

conscience.